DEUTSCH |  ENGLISH |  FRANÇAIS |

Les points communs des cultures

SECTION:

Religiosité et philosophie panthéistes en tant que facteurs d'unité entre les cultures

Responsable de la section/S'inscrire pour une communication auprès de:
Email: Leo Kreutzer (Hannovre)

ABSTRACT: D'après ce que j'ai compris, le thème de notre conférence va à l'encontre de la thèse selon laquelle le XXIe siècle serait caractérisé par un "clash" des civilisations, thèse qui semble cependanr être confirmée par l'expérience du 11 septembre et des conséquences mariales qui en furent tirées.

"L'Occident",dans la conjoncture actuelle d'initiatives confrontatives, se sent confirmé dans sa tendance à vouloir comprendre et présenter sa démarche vis-à-vis du "reste du monde" comme sécularisée et conduite par la raison. D'où un regain d'importance pour le rôle des opinions religieuses dans la question de ce qui unit ou sépare les cultures.Pour ce qui est de la question des liens unissant les cultures sur un plan religieux et métaphysique, il me semble que cette conférence devrait se pencher sur le phénomène d'une religiosité panthéiste et de sa forme sécularisée, la philosophie panthéiste.

Le sujet pourrait être traité de deux façons: une religiosité et une philosophie panthéistes peuvent être considérées sans limitation géographique en tant que moment d'unité entre les cultures; mais il peut aussi, dans un cas particulier, être traité comme un trait d'union entre l'Europe et l'Afrique. Quelques éclaircissement sur ces deux possibilités.

Pour ce qui est des relations particulères entre l'Europe et l'Afrique, le thème des points communs de la religiosité et de la philpsophie panthéistes pourrait baser sur une ré-évaluation de la thèse de Léopold Sédar Senghor sur l'affinité spirituelle des Noirs africains et des Allemands. Une ré-évaluation de cette thèse partirait de l'hypothèse de travail selon laquelle Senghor, orienté de façon erronnée par Leo Frobenius, avait dépisté une affinité entre les philosophes panthéistes de l'époque de Goethe et un "animisme" d'Afrique noire où il s'agit, en fait, d'une forme panthéiste de religiosité.

Un examen transnational des points communs de la religiosité et de la philosophie panthéistes pourrait être élargie au-delà de la constellation bicontinentale Europe-Afrique. On pourrait se demander, si le "réalisme magique" de la littérature latino-américaine serait à inclure dans ce contexte. Est-ce que, pourrait-on continuer à se demander, le contact de l'Europe avec les autres continents et leurs cultures aurait pris la forme de l'oppression et de la colonisation, n'aurait-il pu prendre une forme plus communicative et empatique si le modernisme européen n'avait pas trouvé sa justification dans un matérialisme philosophique qui l'isolait à l'échelle mondiale. Le projet d'un modernisme panthéiste, tel qu'il fut conçu par Lessing, Herder et Goethe en tant que variante de l'époque européenne des Lumières ,aurait pu assurer des contacts meilleurs avec le panthéisme des religions naturelles extra-européennes et ses adeptes philosophiques en leur facilitant la voie vers un modernisme qui aurait pu devenir la pluralité dans l'unité tout en étant inspirée par le panthéisme.

Comme on le voit, la religiosité et la philosophie panthéistes se conçoivent d'abord du point de vue historique. Mais une conférence sur "Les points communs des cultures" ne doit pas seulement considérer les données présentes et faisables mais s'intéresser aussi aux constellations historiques et aux projets non réalisés. Pour une ré-évaluation des occasions manquées, il faut avoir une idée claire sur ce qui a été perdu ou manqué.

LES POINTS COMMUNS DES CULTURES