DEUTSCH |  ENGLISH |  FRANÇAIS |  ESPANOL |

Les points communs des cultures

SECTION:

L'imprimerie et les langues nationales

Responsable de la section/S'inscrire pour une communication auprès de:
Email: Regula Rohland de Langbehn (Buenos Aires)

ABSTRACT: L'imprimerie a commencé en tant que traitement de textes étrangers. Les premières bibles, les classiques grecs et latins sont à l'origine de l'histoire du livre.
L'imprimerie dans la langue maternelle s'y ajouta aussi à l'époque des tout premiers débuts mais ne put dépasser qu'un peu à la fois les réalisations dans les langues mortes. Même au début de l'impr,mer,e cela valait la peine d'imprimer des livres dans les langues vivantes soit parce que le public les comprenant dans le pays de la publication était suffisant, soit qu'on pouvait compter sur l'exportation vers le pays de la langue imprimée.

Alors que l'imprimerie d'éditions savantes de textes classiques constitue encore de nos jours daans les pays occidentaux une branche propre de l'activité éditoriale, toute l'histoire de l'imprimerie est marquée par des problèmes adjacents, essentiellement de nature politique. C'est ainsi que durant la période nazie, une importante littérature d'exil, imprimée à l'étranger, a vu le jour. Cependant il existe aussi d'autres forme d'expatriés pour qui des livres furent imprimés dans les pays étrangers. Par ailleurs,il ne faut pas perdre de vue le fait que, de façon générale, les sujets étrangers s'insèrent d'abord dans la langue de la région linguistique à laquelle ils appartiennent;de ce fait, une grande partie de la littérature allemande de l'étranger fut imprimée en Allemagne et non pas dans un pays de langue différente.

LES POINTS COMMUNS DES CULTURES